NEZIDA
Bienvenue
Mon Compte
recherche avancée
Littérature Francophone
NEZIDA

Nezida

Paturaud valerie
Editeur : LEVI
Collection : LITTERATURE
Date de parution : 28/05/2020

[ean : 9791034902569]

En Stock
17.00 €
Résumé
Septembre 1884. Nézida est revenue à la Calade, dans ce hameau perché au-dessus de la vallée de Dieulefit, aux confins de la Provence et du Dauphiné.Elle vient d'accoucher de son premier enfant, une fille. La vie aurait dû s'épanouir, elle la quitte, et la mort menace déjà l'enfant dans les langesLa bise noire souffle sur ce coin de terre aride où s'accrochent depuis des siècles des familles de paysans et de manufacturiers protestants. Dans le silence épais des dernières heures, autour de la jeune femme très faible, se mettent à se souvenir et à parler tous ceux qui l'ont aimée, qui l'ont connue, sa mère, ses frères, sa belle-mère, les Soubeyran, Antonin son mari, son instituteur, et ses deux amies... À tous elle a imprimé la marque de la liberté, de la passion et de l'indépendance. Elle avait réussi à s'instruire et à enseigner, à quitter la ferme et ses travaux, elle avait attendu l'homme qui lui plaisait pour se marier, et choisi de vivre à la ville. Elle savait enfin qu'elle s'inscrirait dans une école pour devenir l'une des premières infirmières..Rien n'aurait dû l'arrêter dans son émancipationNézida est l'histoire de la jeune femme au prénom unique, née Cordeil, épouse Soubeyran. Elle a existé. Valérie Paturaud a retrouvé sa trace ténue, presque effacée, dans des archives familiales. Le roman toujours répare l'oubli, et l'injustice de l'oubli.

Notre avis

Elle, sur la photo, ne prend pas la pose. Elle se tient droit. Elle ne sourit pas. On distingue toutefois dans son maintien, une rigidité, une sobriété, insignes d’une éducation protestante. Elle s’appelle Nézida. Est-ce l’étrangeté de ce prénom, venu d’un ailleurs lointain où souffle le vent sur les pierres comme dans ce pays de la Drôme où elle est née, ou bien parce qu’elle revendique sa différence que l’auteure a retenu ce cliché en parcourant des archives. Elle nous convoque dans sa vie par les voix mêlées des personnages qui l’ont connue. L’originalité de ce livre tient dans la composition de ce portrait dont les traits paraissent au fil des pages sans que jamais Nézida ne parle. Ils parlent d’elle. Ils disent sa détermination, son indépendance en cette fin de 19e siècle.  Ils décrivent ce tempérament hors du commun, hors des normes. En effet, fille non désirée, adolescente avide de savoir, jeune femme indépendante, elle se dresse, s’oppose ; elle décide, choisit des chemins de traverse, s’engage auprès des autres ; elle tient ferme, elle est dure comme ces pierres du pays de Dieulefit. Elle pourrait être une héroïne d’un roman de Giono ou sortir de derrière un muret détaillé par Jean Carrière mais elle se retire de la scène aussi vite qu’elle est apparue. Elle est de passage. Elle est morte en couches à 28 ans. Une vie trop brève que Valérie Paturaud prolonge généreusement.

Retourvez toutes nos brèves de lecture sur notre blog

Ils pourraient vous plaire

Le cercle des derniers libraires

Baron sylvie

7.60 €

La fonte des glaces

Baque joel

7.50 €

Echine

Djian philippe

8.20 €

Les victorieuses

Colombani laetitia

7.40 €